Articles Sexualité

Faut-il parler de ses fantasmes ?

Désir intime par excellence, le fantasme reflète de manière très personnelle votre sexualité et vos désirs. Dès lors, faut-il parler ouvertement de ses fantasmes lors d’une rencontre amoureuse ou faut-il au contraire garder secrète cette part de nous-même ?

avouer fantasmes
Nous vivons actuellement une époque où la liberté d’expression atteint son paroxysme et où le tabou sexuel disparaît progressivement. Le courant principal de ce mouvement laisse à penser qu’il est de bon ton de parler librement de sa sexualité et donc de ses fantasmes. Cependant, mettre des mots sur ce que l’on ressent et désire de manière très intime peut parfois s’avérer difficile et intimidant. De plus, nous avons bien souvent peur de déconcerter notre partenaire si celui-ci n’adhère pas à nos désirs secrets. Alors faut-il vraiment parler de nos fantasmes et si « oui », quand et comment convient-il de le faire ?

Ce que vos fantasmes dévoilent de votre personnalité :

Nos fantasmes sont en réalité l’expression de nos désirs conscients, mais aussi la plupart du temps inconscients. L’excitation qu’ils nous procurent tient ses origines de notre construction psychique depuis notre petite enfance et sont fonction de la manière dont se sont définies nos envies sexuelles.
Malgré ce que l’on peut penser, les fantasmes sont bien souvent partagés par de nombreuses personnes et, bien que les circonstances liées à nos désirs secrets diffèrent, le fond de ces fantasmes tourne fréquemment autour des mêmes thèmes. Les fantasmes les plus populaires sont la domination ou la soumission, les relations homo ou bisexuelles ou encore le voyeurisme et l’exhibitionnisme.

Cependant, avoir un fantasme ne signifie pas pour autant que vous désirez réaliser ce fantasme tel que vous le rêvez. En effet la plupart du temps, le fantasme est plus l’expression d’un désir refoulé qui est mis en images par un lien entre notre inconscient et notre conscient.

D’un point de vue purement psychologique, le fantasme est bien plus compliqué à comprendre. En effet, il correspond à un travail de notre imagination dans le sens de la transgression des interdits et des tabous. Une fois réalisé, le fantasme n’en est donc plus vraiment un.

Une analyse de nos fantasmes peut donc permettre de dévoiler notre façon d’appréhender la sexualité, mais aussi le rapport à l’autre. Ils sont donc la clé de notre « personnalité sexuelle ».

Quand et comment parler de ses fantasmes :

Parler de ses fantasmes est une expérience propre à chacun et dépendra de l’envie que vous avez de partager votre intimité avec la personne à qui vous vous confiez. Bien souvent, il existe un fort décalage entre la façon dont nous visualisons nos fantasmes et la manière dont nous allons les traduire avec des mots.

Cette transcription orale ou même écrite du fantasme peut induire un sentiment de vulgarité qui n’est pas ressenti lorsque le fantasme reste à l’état de « conscience simple ». Le regard de l’autre est donc souvent plus difficile à appréhender et peut rapidement nous mettre mal à l’aise à cause du jugement implicite qu’il nous évoque.

Pour parler librement de ses fantasmes et en retirer des bénéfices, il est donc essentiel d’être en parfaite confiance avec notre partenaire. Dans ce cas de figure, le fantasme peut vite devenir, au travers du jeu, un excellent moyen de pimenter une vie sexuelle devenue trop monotone.

Adeline Harmant

Laissez un commentaire