Articles Couple

« Le prochain c’est le bon »

Psychologue de formation, coach amoureux et créatrice des Cafés de l’Amour* Benedicte Ann est également l’auteur de « Le prochain c’est le bon », qui vient de paraître aux éditions Albin Michel. Présenté comme un « kit de survie dans la nouvelle jungle des rencontres amoureuses » ce guide propose à ses lecteurs une méthode pour « Trouver l’âme soeur en 5 étapes ». Interview.

livre le prochain c'est le bon
Quel est votre parcours, comment en êtres vous venue à vous intéresser à la rencontre amoureuse?

Je suis psy de formation et coach. Mon expérience vient de l’agence de rencontre que j’ai créée quand j’étais en fac de psycho. Je peux expliquer aux gens pourquoi cela bloque dans les relations amoureuses et comment trouver des pistes pour en sortir grâce à ma formation de coach. De surcroît, le nombre de stages suivis depuis la création des cafés de l’amour m’a permis de découvrir des approches thérapeutiques et des méthodes plus rapides que la psychothérapie ou la psychanalyse qui effraient encore de nombreuses personnes et qui, surtout, sont onéreuses et n’apportent pas souvent de résultat dans les premiers temps, ce qui décourage une société prompte au zapping.
Je suis née le jour de la Saint Amour et j’ai toujours été passionnée par la rencontre amoureuse, le casting et ses conséquences dans la durée.

Votre dernier ouvrage « Le prochain c’est le bon » s’adresse t-il exclusivement aux femmes?

Non les étapes sont mixtes. L’homme qui lit ce livre comprendra les comportements des femmes avec lesquelles ça n’a pas fonctionné. Par ailleurs, connaitre les résistances et les peurs des femmes, leurs fascinations et autres ambivalences leur apporteront une grille de lecture qui leur fera gagner un temps précieux.

Le jeu de la séduction est-il devenu à ce point une chose compliquée qu’il faille un ouvrage pour le comprendre?

Ce sont les comportements émergents des hommes et des femmes qui sont devenus compliqués, pas la séduction, et le fait que beaucoup de modèles cohabitent : libertinage, polyamour, sérial monogamie, ascèse, virginité, harems, etc. Trop de liberté et trop de modèles n’aident pas les hommes et les femmes à trouver leurs repères, surtout les trentenaires, élevés par la génération des soixante-huitards. Ces derniers ont « interdit d’interdire », et démonté les schémas en place, sans rien proposer de constructif à la place.

La rencontre en ligne est-elle aujourd’hui selon vous incontournable?

Absolument, c’est pour moi l’approche la plus subtile car on peut plus facilement rencontrer un être qui vibre sur la même fréquence que soi…

Vous avez créé le « café de l’amour* », quel en est le but?

Le café de l’amour permet d’éclairer les esprits à travers des grilles de lectures différentes. L’objectif est d’apprendre et de grandir, voire de se rencontrer, bien qu’il s’adresse aux couples (évoluer ensemble), aux personnes qui s’interroge quant à leur relation (début ou longue durée), aux célibataires, etc…

*Le Café de l’amour a été créé lors de la Saint-Valentin 2004 par Bénédicte Ann. Il s’agit d’un événement en soirée qui se déroule chaque semaine à Paris, chaque mois dans les autres villes et réunit de 100 à 200 personnes de tous âges. Dans l’esprit des cafés philo, entre le salon littéraire et l’atelier de développement personnel, ce lieu de réflexion et de partage aborde des thèmes en lien avec l’amour et le sentiment amoureux.

A voir :
http://www.leprochaincestlebon.com
http://www.cafedelamour.fr/

Laissez un commentaire