Articles Rencontre coquine Sexualité

No zob in job ?

Près d’un tiers des relations amoureuses se créent dans le cadre professionnel. Ce n’est pas moi qui le dis, ce sont les statistiques. Et bien moi, franchement, j’aimerais bien voir le petit malin qui fait ces statistiques là, parce que j’aurais quelques questions à lui poser… Ca doit être celui qui affirme aussi qu’un grand nombre de couples se rencontrent dans les mariages » : après plus de 42 invitations de mariages à mon actif, je suis obligée de dire que les statistiques mentent. Je n’ai JAMAIS rencontré de couple formé lors d’un mariage (et je ne parle même pas de moi). Mais revenons-en au boulot.


Trouver l’amour au travail, est-ce réellement possible ? Mouais…. Je reste perplexe… Si l’on enlève tous les secteurs essentiellement masculins (bâtiment, agriculture, aéronautique…) et les domaines très féminins (communication, marketing, RP, mode…), ça fait déjà beaucoup de potentielles relations en moins. Et pour ceux qui travaillent dans un environnement mixte et sont célibataires, les choses ne sont pas gagnées d’avance. Loin de là.

Certes, rencontrer THE ONE au bureau peut avoir des avantages : on passe plus de temps ensemble, on se voit souvent, on peut faire le trajet ou déjeuner avec son amoureux et si on a un petit coup de mou dans la journée, on peut toujours aller se faire consoler par chéri. Sans parler du petit « quicky » dans les toilettes pour mettre un peu de piment dans la relation. Ok, je vous l’accorde, les relations amoureuses au travail ont parfois des points positifs. Mais ce n’est malheureusement pas toujours le cas…

Si jamais vous couchez avec votre boss (et croyez-moi, ça arrive plus souvent qu’on ne pense), et que vos collègues l’apprennent, vous être professionnellement morte : plus personne ne vous prendra au sérieux, et la moindre promotion ou augmentation que vous recevrez sera désormais vue par tous comme une promotion canapé. De la même manière, deux collègues qui « ont une histoire » ont intérêt à être discrets, du moins au début, car au bureau les ragots vont bon train. Et sentir les regards qui en disent long et les silences éloquents, c’est dur à gérer. Et le pire, c’est si l’histoire ne marche pas : comme très souvent, les histoires d’amour finissent en eau de boudin… On se rencontre, on se cherche, on se trouve et puis on se lasse et on se quitte. So sad but so true. Et c’est là que les choses se compliquent : vous vous imaginez passer 8 heures par jour assis en face de celle qui vous a largué comme une vieille chaussette ? Vous envisagez de participer à des réunions sans fin avec l’homme qui vous a trompée ? Vous avez envie d’entendre votre ex raconter ses nouvelles conquêtes du week-end, tous les lundi matins à la machine à café ?

Soyons réaliste, si avoir une petite aventure au boulot peut être une excellente occasion de donner un peu de piquant à votre vie monotone, mieux vaut parfois s’abstenir pour s’éviter bien des problèmes… Au boulot, on flirte un peu si l’on veut (tout le monde le fait, ça fait partie du jeu) mais on ne descend JAMAIS en dessous de la ceinture. Ite missa est.

Mado

2 Commentaires

  • Plutôt d’accord avec cet article. Il n’y a rien de plus accrobatique que de s’engager sur une relation au boulot. Et tout finit par se savoir, quoiqu’on fasse.
    Mais comme l’amour peut frapper à n’importe quel moment sans qu’on choisisse le lieu ni la date (et généralement, de préférence justement quand on s’y attend le moins) il n’y a pas le choix ! Mais mieux vaut vivre cela en dehors de l’entreprise et se transformer en parfait agent secret…après tout ça pimente la vie.

  • Dans ma période faste de drague intensive,
    j’ai effectivement eu plusieurs relation au travail.

    Tant que la relation est en cours, tout va bien.

    Une fois qu’elle se termine, c’est la catastrophe.

    D’abord, on croise tous les jours quelqu’un avec qui il y a de la tension, ensuite, on se demande si cette personne n’entame pas une liaison avec qu’un d’autre.

    Pour terminer, tout se sait et on se sait jamais qui sait, qui ne sait pas, et bien sur, personne vient ne vous le dire en face.

    Sans parler des ragots, on ne prête qu’aux riches,
    et il suffit d’une fois pour prête des liaisons avec tout le monde.

    Quand le salaire mensuel et l’ambiance quotidienne est en jeu, autant garder la braguette fermée.

    Ce qui quelque part est assez dommage, puisque c’est au travail qu’on rencontre le plus de gens.

Laissez un commentaire