Articles Conseils pratiques

Apprendre à repérer les mythomanes

Les sites spécialisés sont très pratiques pour faire des rencontres intéressantes mais ils ne possèdent malheureusement pas encore de détecteur de mensonges intégré… Ce qui est bien dommage car cela permettrait à beaucoup d’éviter quelques jolies désillusions. Les menteurs et les menteuses sont en effet nombreux sur la Toile et pas toujours faciles à déceler. En particulier quand ils sont malins et que les échanges se font principalement par écrit (mail, chat) et/ou sur une courte durée. Lors des premières rencontres réelles, il convient donc d’être prudent et attentif. Voilà quelques astuces pour repérer les mythomanes…

Comment repérer un mythomane sur un site de rencontre
Selon une étude récente, les hommes mentiraient deux fois plus que les femmes, même si, pour les deux sexes, travestir la vérité ferait partie intégrante du quotidien. La gente masculine mentirait principalement sur ses qualités personnelles, alors que la gente féminine le ferait pour protéger autrui (un « pieux mensonge » pour ne pas peiner ou un « mensonge blanc » pour rendre service…). Même si selon cette étude (et l’idée communément répandue), les hommes sont plus menteurs que les femmes, il faut admettre que sur la Toile, la mythomanie est un mal qui affecte les deux sexes (et cela bien souvent au détriment de personnes honnêtes), en particulier sur les sites de chat et de rencontres. Beaucoup estiment en effet qu’ils sont protégés par leur anonymat et qu’ils peuvent raconter des histoires en toute impunité.

Lorsque les mensonges se limitent aux moments des échanges virtuels et qu’ils sont dits par coquetterie, ils sont facilement et rapidement décelables, même si ils entraînent toujours une petite déception. Faire croire que l’on est un homme grand, alors que l’on mesure en réalité 1,65 mètres ne sera plus crédible après la première rencontre. S’enlever quelques années, alors que l’on fait largement son âge et que l’on est constamment trahi par des références propres à sa génération, aussi.
Là où le mensonge prend une forme inquiétante, c’est quand il est énoncé pour cacher des intentions nuisibles ou pour permettre au menteur d’obtenir d’une personne quelque chose qu’elle n’aurait pas donné en connaissant la vérité : argent, sexe, sentiments… Les arnaqueurs de l’amour, les faux-romantiques « serial baiseurs« , les personnes cruelles sont malheureusement nombreuses à sévir sur Internet… Prudence donc.

Pour repérer un(e) menteur(se), il faut être attentif au langage du corps de son interlocuteur : regards évasifs, mains dans les poches ou derrière le dos, sourire crispé… avec une tendance à hésiter en racontant des « faits », à donner des anecdotes qui comportent des (petites) incohérences, et à réfléchir un peu trop longtemps à ses réponses face à des questions simples… Voilà les failles d’un petit menteur. En revanche, le vrai grand menteur sera beaucoup plus difficile à démasquer car il s’agira d’une personne calme, qui a déjà rodé sa technique et planifié toute son histoire. C’est le cas par exemple d’un homme qui parle de grand amour à une femme pour la mettre rapidement dans son lit, ou de quelqu’un qui cherche à soutirer de l’argent.
L’insistance sous plusieurs formes et sur un court laps de temps, l’empressement sont des signes, surtout quand la personne joue de son charme et flatte pour convaincre. Le mieux, en cas de doute, est de toujours rester sur ses gardes, et d’apprendre à connaître la personne avant de lui « donner » quoi que ce soit.

Rébecca Lazzerini.

Laissez un commentaire