Introduction

Imaginez un grand jeu, un jeu à taille réelle où les participants ne sont ni des avatars ni des algorithmes, mais bien de hommes et des femmes réels. Imaginez que ces hommes et ces femmes aient envie de se rencontrer (pour pimenter leur vie sexuelle, fonder un foyer avec feu de cheminée et labrador qui ronfle, mettre en pratique les positions du Kâma-Sûtra en groupe, échanger leur conjoint contre un autre le temps d’une soirée, etc.) mais qu’ils ne sachent pas où se trouvent d’autres hommes et femmes compatibles avec leurs aspirations, et qu’ils aient encore moins le temps de se rencontrer.
Imaginez que les participants à ce jeu soient des personnes normales, ni des détraqués, ni des serial killers, ni des nymphomanes hystériques prêtes à faire cuire le lapin de votre petite dernière en chantonnant joyeusement « À table, mon lapin ! », mais qu’ils ne sachent pas comment se présenter pour dire combien ils sont normaux malgré un petit grain de folie qu’ils aimeraient bien exprimer de temps en temps. C’est vous ça, non?

On dit toujours que dans la vraie vie, c’est mieux ? Ah bon ? Réellement ? Dans la vraie vie, on ne rencontre jamais ce mytho qui pourtant avait l’air « si brillant » ? On ne croise jamais cette hystérique qui pourtant était « si douce » ? Si seulement on avait pu les déchiffrer un peu avant en ayant eu connaissance de leurs goûts et leurs penchants, si on avait vu quelques photos et lu quelques lignes… on les aurait bien évités !
Sur internet, on peut.

A-t-on, dans la vraie vie, la possibilité de multiplier autant les chances de rencontrer tous ces individus pleins de ces atomes crochus qu’on a toujours rêvé d’accrocher ? Qui n’a pas rêvé d’un autre idéal qui tomberait du ciel ? Que celui ou celle qui n’a pas eu envie d’élargir son cercle d’amis pour secrètement tous les dégager et n’en garder qu’un(e) seul(e), le(a) seul(e) qui vaille, me jette le premier clavier !
Mademoiselle – oui vous avec le petit œil humide – quand vous rentrez chez vous, avez-vous en poussant la porte le cœur qui bat à la vue de ce beau brun à la barbe de trois jours qui vous attend le sourire coquin, des roses dans les bras, et les fesses planquées derrière un tablier ? Ce beau brun qui vous dit « On fait un câlin ma chérie » ? Le même qui vous manque mais qui non de nom, il est où ce mec ! Vous le voyez, là, derrière la porte ? Noooooooon. Et vous, le beau brun, malgré votre charme indéniable, quand vous vous réveillez avec la numéro 838, vous ne vous dites jamais « Je me réveillerais bien avec ma chérie à moi quand même » ? Oui ?

Et comment ils se retrouvent ces deux gros malins s’ils n’habitent pas dans la même ville, s’ils n’ont pas du tout le même réseau et s’ils n’ont même pas le temps de sortir ? Heiiin ? Eh bah sur internet !
Et encore, le beau brun pourrait bien aimer se réveiller avec la petite belle à l’œil humide pour chercher ensemble des moyens de trouver la numéro 839… Héhéhé.
La numéro 839 pourrait bien préférer la petite belle à l’œil humide et ne pas savoir où la trouver.

Et si elle la trouvait, elle serait bien fichue de convaincre la petite belle à l’œil humide de quitter le beau brun pour un avenir plus… disons… iconoclaste.
Vos vous reconnaissez un peu, là (même en changeant les numéros et la couleur des cheveux) ?
Seulement voilà…
Blindés d’a priori négatifs les joueurs vont rester dans leur tour de verre en attendant un miracle et la partie continuera sans eux. Dommage !
Mais pas vous !
Non ! Vous, vous n’êtes pas de ces joueurs-là !
Non ! Vous, vous avez réfléchi sur vous. Vous, vous êtes une personne moderne. Vous, vous savez que ce serait trop bête de ne pas se servir d’un outil (hmm…) aussi performant qu’internet.
Mais vous, vous vous y prenez comme une bille !
Si, reconnaissez-le. La dernière fois que vous avez tenté de vous inscrire, vous avez capitulé en combien de temps ? Moins d’un mois ? Et pourquoi ? Parce que vous avez rédigé une annonce n’importe comment, que vous avez déposé une photo en contre-jour où vous faisiez une tête de carte d’identité, et que vous n’avez rien trouvé de mieux pour aborder vos conquête qu’un « Hello », suivi d’un « T sexy sur lé foto, moi je suis célib, on diskut ? ». Et vous vous étonnez de n’avoir eu que deux mails : un « Bienvenue » et un « Oh ! Vous partez déjà ? » du webmaster ?
Quand on tombe de cheval, il faut remonter illico. En selle !

Mais, comment ça marche ? Comment (re)commencer dans les meilleures conditions pour se donner le plus de chances ? Comment écrire avec originalité ce que l’humanité toute entière recherche : de l’amour, et bien sûr, du sexe ? Existe-t-il des différences entre hommes et femmes dans le cyber espace et si oui, comment les reconnaître pour mieux s’en servir ? Nous vous donnons des réponses, et comme on est hyper-sympas (si, si) on vous donne aussi des exemples. Enfin, moi je vous les donne en tous cas.

Mais au-delà d’un profil bien rempli avec pseudo idéal, photos engageantes et texte digne d’un pro de la com’, le plus important à maîtriser pour pécho un max reconnaître l’élu(e) de son cœur c’est d’engager la conversation, donc d’être imbattable en écriture de mails. Pour ça aussi, je vais vous aider. Une vraie mère poule.

Pour commencer, il faut… commencer ! Choisir un site qui vous convienne. Ou plusieurs, en fonction de vos besoins. Que vous cherchiez à construire un couple, pimenter votre vie conjugale, vous éclater solo en toute liberté, rencontrer des amis « et plus si affinités », papillonner sans vous faire passer la bague au doigt parce que la bague vous l’avez déjà, fréquenter des amateurs de quick sex, des amoureux de poésie médiévale ou les deux en même temps ; que vous soyez homo, hétéro, lesbienne ou indécis ; les sites de rencontre pullulent sur la Toile et du choix, il y en a !

Quelques exemples vous seront donnés en fin de guide. On les a testés, vous en faites ce que vous voulez, « c’est vous qui voyez », comme dirait l’autre. Ah oui, petite précision supplémentaire : quand on dit « rencontre en ligne », on se focalise ici sur les sites. Sinon, vous pouvez draguer sur Facebook, iphone, blogs, forums ou jeux en ligne, mais ça, ce sera une autre fois.
Quoiqu’il en soit, gardez ce manuel tout contre votre petit cœur frétillant, (ou au chaud dans votre disque dur) il ne vous laissera pas seuls dans la jungle de la rencontre en ligne. Car seuls vous ne l’êtes pas.
Oh que non !