Articles Conseils pratiques Insolite Rencontre affinités Rencontre coquine Rencontre sérieuse Sexualité

Êtes-vous sapiosexuel(le)?

A l’heure où la sexualité a plus de déclinaison qu’un tableau de conjugaison latine, chacun a le droit (voire l’obligation) de trouver sa propre identité et sa propre singularité. Exemple récent qui prend de l’ampleur : la sapiosexualité, qui définit le fait d’être attiré sexuellement par l’intelligence. Ils seraient de plus en plus nombreux.

sapiosexe
Sapiosexuel est un néologisme, un de plus, construit sur une racine latine, où « sapio » signifie intelligence. Le (ou la) sapiosexuel(le) est une personne qui est attiré(e) sexuellement par l’intelligence et qui éprouve donc du désir pour les personnes intelligentes. Le terme est en train de devenir si populaire qu’il fait partie des nouvelles catégories d’inscrits du fameux site de rencontre américain OkCupid, aux côtés de « transmasculin » ou « hétéroflexible ». Tout un programme.

Mais comment savoir si vous êtes sapiosexuelle vous-même?

Pas besoin d’un test compliqué, on vous épargnera le suspense, si les belles phrases et l’intelligence vous excite et vous donne envie d’arracher votre culotte ou celle de votre interlocuteur, vous pouvez envisager appartenir à cette nouvelle tribu. Certaines professions sont particulièrement recherchées par les sapios : professeurs, bibliothécaires, chercheurs, et même (étrangement) les journalistes. Comme l’explique Chloé, 26 ans, qui se définit elle-même comme sapiosexuelle : « J’ai un truc pour les profs, surtout les profs moches, ça rend leur intelligence encore plus sexy, un peu comme une rose sur un tas de crotte, et puis il y a moins de concurrence quand ils sont moches. » Bien vu, effectivement.

Même son de cloche chez Sylvie, 32 ans, qui recentre très justement le débat : « Les gens intelligents m’attirent, hommes ou femmes, j’ai envie d’eux, les écouter parler, sentir leurs neurones en marche, on peut presque entendre les mécanismes cliqueter là-haut, c’est ce bruit qui m’excite, et leur regard aussi, souvent profond et un peu lointain, pour moi entre un gros cerveau et un gros zizi il n’y a pas photo je prends le gros cerveau sans hésiter, d’ailleurs on dit bien que c’est le premier organe sexuel. Les mecs qui complexent sur leur apparence feraient mieux de se soucier de leur matière grise. »

Côté masculin, Corentin explique être attiré de manière complètement déraisonnable par les livres et celles qui les manipulent : « Une jolie fille avec des lunettes qui lit du Tolstoï dans le texte, ou un traité scientifique sur l’origine de la galaxie dans un coin de bibliothèque, ça me rend complètement dingue, pour moi il n’y a rien de plus sexy… Mais j’avoue que l’effet n’est pas le même si elle a un physique ingrat. »

Pour conclure, on citera Stephen des Aulnois, journaliste, qui expliquait de manière fort pertinente il y a quelque temps sur son blog : « Être sapiosexuel, c’est donner une chance à tout le monde, aux nerd, aux geek, aux gens dont le physique n’est pas l’atout principal, même si les deux ne sont évidemment pas incompatibles et forment alors le combo parfait. C’est lutter sexuellement contre la bêtise, jusqu’au jour où on trouvera un terme pour désigner l’attirance sexuelle pour les gens beaux, car il faut dorénavant un mot pour chaque chose, une case pour chacun, pour s’identifier, pour exister socialement à travers des mots — la normalité devient singulière. »

Laissez un commentaire